VIIIe - IXe siècle après J.-C., découverte de la porcelaine dure, à base de kaolin.
La porcelaine enflamme l’esprit des Princes et têtes couronnées de l’Europe entière.

Après 1498, avec l’ouverture de la route des Indes par Vasco de Gama, c’est la ruée.

A la Renaissance, potiers et alchimistes n’ont de cesse que de chercher le secret de la porcelaine chinoise. De toutes ces expériences, ce sont celles des Médicis à Florence et des princes français au tout début du 18è siècle à Saint Cloud, Chantilly, Vincennes... qui sont les plus probantes. Ces expériences donnent naissance à la "porcelaine tendre". Celle-ci a l’aspect de la porcelaine chinoise mais n’en a ni la dureté, ni la sonorité. Il manque l’élément principal, le kaolin toujours inconnu à cette époque en Europe.

En 1709 découverte de la formule de la porcelaine dure et découverte par hasard d'un gisement de kaolin. Le secret est jalousement gardé. Il faut attendre 1767 en France pour que la première porcelaine dure à base de kaolin du Limousin sorte des fours de la Manufacture de Sèvres.

Vers 1765, la femme du chirurgien Jean-Baptiste Darnet utilise une terre blanche et onctueuse comme savon pour laver son linge. Son mari voulant commercialiser la découverte fortuite de sa femme, s’adresse à un pharmacien de Bordeaux pour en mettre la formule au point. L’apothicaire Villaris identifie la précieuse matière et au terme d’une rocambolesque aventure parvient à vendre sa découverte à la Manufacture de Sèvres.

A partir de 1768 le kaolin est régulièrement extrait des carrières de Saint-Yrieix-la-Perche et alimente les manufactures parisiennes.

En 1771, la première manufacture de porcelaine voit le jour en Limousin, la Manufacture Grellet frères-Massié-Fournérat.

Ainsi aura-t-il fallu plus de 4 siècles à l’Occident pour percer le secret de la porcelaine !


 

Retour à l'accueil